Un jour, dans West Hollywood, ma fille m’a demandé ce que c’était tous ces drapeaux. Je lui ai dit que c’était le drapeau gay. Alors, elle m’a demandé pourquoi c’était arc-en-ciel. Et je lui ai répondu que c’était arc-en-ciel pour sa grand-mère. »

Lorna Luft, fille de Judy Garland.

 

Les homos combattent le même genre de stéréotypes que les body-builders : les gens ont des idées fausses sur eux comme sur nous. Bref, je n’éprouve aucune gêne sur ces histoires
de pédés. »

Arnold Schwarzenegger, en 1977 dans le magazine Oui.

L'homosexualité et le langage

Qualificatifs insultants, jargon communautaire, vocabulaire médical… L’homosexualité a généré des mots qui sont autant de manières, plus ou moins acceptables, de dire « cet amour qui n’ose dire son nom »1.

La naissance d’un mot

Le mot homosexualité a été forgé en allemand (homosexualität) en 1868, par le psychiatre et sexologue hongrois Károly Mária Kertbeny à partir d’une racine grecque (homo = semblable) et d’une racine latine (-sexuel). Il avait créé ce mot afin de militer pour la dépénalisation des rapports entre personnes de même sexe… mais le néologisme sera récupéré par ses confrères (la consonance scientifique leur plaisant beaucoup) afin de définir et classer une pratique considérée comme une perversion par la psychiatrie alors en plein essor.

« Gay »

Depuis une trentaine d’années, le mot anglais gay s’impose aux quatre coins du monde et dans toutes les langues pour désigner les homosexuels. Ce glissement sémantique du mot original (gay = gai, joyeux, allègre, léger, …) serait apparu aux USA dans les années 30. Il était utilisé comme un code de reconnaissance par les milieux homosexuels discrets, voire clandestins de l’époque. De nos jours, ce mot doit son succès auprès des homosexuels au fait qu’il n’a pas de connotation insultante ou médicale.

La classification

Longtemps qualifiée de déviance, de perversité, de penchant, de pratique, de tendances, … l’homosexualité (étudiée sous toutes les coutures) s’avère être une caractéristique de la personne, comme la couleur des yeux et des cheveux, comme les goûts culinaires. L’homosexualité se vit, souvent et de plus en plus, comme une caractéristique identitaire parmi d’autres.

Les symboles

Comme tous les combats, la lutte pour l’émancipation des homosexuel-le-s a eu besoin de symboles et d’étendards autour desquels se retrouver. Le plus visible est le drapeau arc-en-ciel. Il a été crée en 1978, à l’occasion de la Gay Pride de San Francisco, par le graphiste Gilbert Baker. Il fait référence à la chanson culte Over the rainbow que chante l’icône gay Judy Garland dans Le Magicien d’Oz. Chaque couleur a une signification : le rouge = la vie, l’orange = la santé, le jaune = le soleil, le vert = la nature, le bleu = les arts, le violet = l’esprit. De nos jours, le drapeau arc-en-ciel sert autant de symbole du mouvement militant homosexuel, que de label distinctif pour les commerces gays ou gay-friendly. Parallèlement au drapeau arc-en-ciel, le triangle rose que les nazis faisaient porter aux personnes homosexuelles dans les camps reste un symbole du mouvement homo.

« Coming out »

Expression anglaise communément utilisée dans la langue française. Révélation de son homosexualité (ou de sa bisexualité) par la personne concernée. Cette révélation peut se faire à différents niveaux : familial, professionnel, social (loisirs, voisins, amis). Cette expression a été francisée en sortie du placard.

« Outing »

Déclaration publique, par un tiers, de l’homosexualité d’une personne contre la volonté de celle-ci.

« Gay Pride »

Manifestation revendicative et souvent festive visant l’égalité juridique et sociale pour les gays et les lesbiennes. Le mot pride (fierté) est là en contrepoint de la honte que la société a longtemps fait peser sur les homosexuel-le-s. Ces manifestations, parfois contestées ou durement réprimées dans certains pays, célèbrent les émeutes du bar le Stonewal Inn. Cette expression a été francisée en marche des fiertés.

Humour communautaire et recyclage de l’insulte

La communauté homosexuelle est dépositaire d’un humour particulier, apparu au début du siècle, et qui consiste à dramatiser l’anodin (J’ai un bouton sur le nez : trouvez-moi une léproserie que je me retire du monde…) et de banaliser le tragique (Je suis en phase terminale : c’est con, je verrai pas la prochaine collection de Jean-Paul Gaultier !) Cet humour que l’on retrouve dans plusieurs œuvres (les films de John Waters, les romans d’Armistead Maupin, les numéros de travestis…) est appelé humour camp ou humour folle. La réappropriation de l’insulte fait partie de cet humour particulier. Il n’est pas rare d’entendre des homosexuel-le-s s’appeler entre eux pédés ou gouines.

1 Oscar Wilde

Glossaire (non exhaustif) relatif à l'homosexualité et l'homophobie

Biphobie
Homophobie dirigée à l’égard des bisexuel-le-s.

Bisexuel-le
Personne qui est attirée physiquement, érotiquement et émotionnellement par les membres des deux sexes.
Certains bisexuel-le-s ont néanmoins une préférence plus marquée pour les personnes d’un sexe en particulier.

Drag king
Femme qui porte des vêtements et d’autres signes distinctifs habituellement associés aux hommes.

Drag queen
Homme qui porte des vêtements, du maquillage et d’autres signes distinctifs habituellement associés aux femmes.

Genre
Le genre masculin ou féminin procède d’une mise en place d’une identité sociale d’homme ou de femme. Il s’agit de la traduction sociale du sexe biologique, déterminé par une attribution des tâches, des fonctions et des rôles propres à chaque sexe dans la société, dans la vie publique et privée.

Hétérocentrisme
Terme presque équivalent à hétérosexisme. Idéologie qui situe l’hétérosexualité au centre de l’organisation humaine et comme référence absolue de la normalité sexuelle.

Hétérosexisme
Promotion de la supériorité de l’hétérosexualité comme modèle relationnel. L’hétérosexisme prétend qu’il est plus normal, moral ou acceptable d’être hétérosexuel que d’être gay, lesbienne ou bisexuel.
Contrainte sociale, culturelle ou religieuse qui pousse les individus à l’hétérosexualité au mépris de leur nature vraie et de leur identité.

Hétérosexuel-le
Personne qui est attirée physiquement, érotiquement et émotionnellement par les personnes du sexe opposé.

Holebi
Contraction de Homosexuel Lesbienne et Bisexuel-le.
Terme générique pour désigner et parler des orientations sexuelles minoritaires dans leur globalité. Ce terme est utilisé en Belgique néerlandophone. Il n’est quasiment pas utilisé dans la partie francophone où "lesbigay" tente de s'imposer.

Homosexuel-le
Personne qui est attirée physiquement, érotiquement et émotionnellement par les personnes du même sexe.

Homoparentalité
Qui a rapport avec les couples homosexuels ayant des enfants.

Homophobie
Attitude, sentiment, malaise ou aversion envers les personnes homosexuelles ou envers l’homosexualité en général. Cette attitude se traduit souvent par des réactions de rejet, d’exclusion et d’hostilité (parfois agressive). Les victimes en sont les homosexuel-le-s, mais plus largement, les personnes dont l’apparence ou le comportement déroge aux représentations traditionnelles de la féminité et de la masculinité.

Lesbienne
Femme qui est attirée physiquement, érotiquement et émotionnellement par d’autres femmes.

Lesbophobie
Homophobie dirigée à l’égard des lesbiennes. Les lesbiennes sont souvent victimes d’une double discrimination : le sexisme basé sur le genre et l’homophobie basée sur l’orientation sexuelle.

LGBT
Abréviation de Lesbiennes, Gays, Bisexuel-le-s & Transgenres. Terme générique pour désigner et parler des orientations sexuelles minoritaires dans leur globalité.

Orientation sexuelle
Désir affectif et sexuel tant physique, érotique qu’émotionnel pour une personne du sexe opposé (orientation hétérosexuelle), du même sexe (orientation homosexuelle) ou des personnes des deux sexes (orientation bisexuelle).

Queer
Personne qui remet en cause les catégories usuelles de sexe, de genre ou d’orientation sexuelle afin de refuser et de lutter contre les normes et étiquettes.

Sexisme
Attitude de discrimination fondée sur le genre et le sexe de la personne discriminée. Le sexisme attribue des qualités et des défauts qui seraient spécifiques et inhérents à chaque groupe de sexe.

Transgenre
Terme générique désignant les personnes transsexuelles et travesties.

Transexuel-le
Personne qui ressent fortement et constamment qu’elle vit dans la peau du sexe erroné. Certaines personnes transsexuelles, mais pas toutes, subissent un changement chirurgical de sexe ou recourent à la thérapie hormonale.

Transphobie
Homophobie dirigée à l’égard des transsexuel-le-s.
La transphobie se manifeste particulièrement lors des phases de la transformation physique qui rend les transexuel-le-s très vulnérables socialement.

Travesti-e
Personne qui porte des vêtements et du maquillage habituellement associés aux personnes du sexe opposé.

Y en a un peu plus, j'vous l'mets quand même ?
Tante, tapette, inverti, « du bâtiment », gouine, zamel, gougnotte, bardache, tarlouze, bougre, folle, tapiole, sodomite, persilleuse, pédéraste, broute-gazon, tantouze, uraniste, galuboy, lesbienne, maricón, enculé, « de la jaquette », tata, saphiste, tribade, finocchio, antiphysique, pédé, camionneuse, pédale, « en être », brouteuse, faggot, butch, dinde, fif, fem, goudou, lesbiche, lopette, schwul, tafiole, jeannette, sissy…